Religions et croyances


« Me voici à la fin de mon voyage consistant à traverser les terres hostiles du Monde en quête de récits religieux et de croyances. Cette tâche s’est avérée laborieuse, pénible et grande. Il existe tant de peuples dispersés dans le Nouveau Monde, qu’espérer tous les réunir sous une seule et même croyance est tout simplement impossible. 
Mes chers frères, je vous livre donc l’aboutissement de mes études.
Les peuples de l’Âge de Cendre ont dû survivre. Une multitude de fois est née et rien ne semble les rassembler. L’on m’a narré de nombreux récits des débuts de l’Âge de cendre, de la nouvelle terre, de la vie après la Grande Éclipse, de la Grande Éclipse elle-même. Ces superstitions peuvent dériver de spéculations ou de croyances religieuses. Comme très souvent, les opinions concernant la validité des différents récits dépendent finalement du point de vue et varient grandement en fonction des ethnies.
Ce que je puis en revanche affirmer avec certitude c’est que le sentiment religieux est très présent et conditionne le mode de vie de nombreuses peuplades.

J’ai ainsi pu observer des croyances chamaniques ou bien animistes, des cultes des défunts. L’unité des ethnies, identifiées à une divinité ou un totem, se constitue à travers les échanges de biens, dans le respect minutieux des rites et des traditions qui maintient l’ordre du monde, son équilibre fragile rétabli à coup de sacrifices, de danses, de prières, d’incantations.
Par exemple, chez certains il existe un culte aux animaux auxquels les hommes doivent le renouvellement de leur subsistance à condition d’enterrer les ossements des bêtes tuées.
[...]A noter la présence chez certains de héros divinisés ou de divinités humanisées selon le point de vue. En réalité, si je me fie à certains récits, la Grande Éclipse est vécue comme une destruction par des divinités qui effacent leur création et des hommes qui n’échappent pas à la destruction et sont contraints de servir leurs divinités, travailler pour elles, à leur place pour leur offrir des sacrifices : comme une sorte de dette originelle, de culpabilité.
[...]Les peuples vouent un culte aux forces naturelles, aux animaux, à des idoles, des héros, des défunts qu’ils nomment divinités. Rien ne prouve que ces divinités existent réellement, hormis la foi que leur portent ceux qui croient en elles.
Ainsi donc, la religion de l’Âge de Cendre est le fruit de multiples mythes fondateurs, de doctrines disparates ayant en commun une relation entre les hommes et les divinités se manifestant à travers des rituels et des cérémonies. Ces rituels sont aussi devenus un symbole de pouvoir et de force pour certains peuples.
J’ai aussi été contraint d’établir un curieux constat. Il existerait un phénomène étrange, difficile à décrire, qui pourrait rassembler tous les peuples : des sortes d’émanations du divin qui imprègnent chaque peuple et colorent leurs émotions et celles de leurs divinités. Cette constatation mériterait néanmoins d’être approfondie par des études plus poussées que je n’ai pas eues le temps de réaliser, tant la tâche qui m’a été confiée fut fastidieuse.

Enfin, pour terminer, une légende, un murmure, un souffle parfois, évoque une conscience unique créatrice de toute chose. Une entité vénérée par les Hommes d’avant la Grande Éclipse. Certains ont vaguement entendu des fables à son sujet, d’autres considèrent cette entité comme destructrice, d’autres encore s’imaginent suivre ses traces et enfin d’aucuns ne voient dans ces histoires qu’un folklore visant à effrayer les enfants. Il me semblait que tous ignoraient le nom que lui donnaient les Hommes de l’ancien monde, jusqu’à ce qu’un vieil hibou grincheux marmonne le nom de Crystal. Mais c’est la seule et unique fois que j’entendis ce nom ».

Léonard de Mont-Chauves – Vagadien
Extrait de « Études sur les Religions et croyances des peuples de l’Age des cendres »

Il existe une multitudes de fois, religions, croyances et superstitions dans le monde de Crystal. Chaque culture possède sa propre interprétation des faits passés et présents, et certains sont évidemment prêts à se battre pour défendre la véracité de leurs versions.

Il y a cependant une religion qui a pris particulièrement de l’ampleur ces dernières années: il s’agit de la Voie du Pénitent. Elle a cette particularité unique d’avoir réussi à se propager et à convertir des adeptes parmi d’autres cultures.
D’origine hurgonienne, cette foi s’est dernièrement étendue tout le long de la péninsule au Sud des Marches d’Yndalior. Elle est basée sur le principe que les ancêtres du monde des Cendres sont responsables de la Grande Eclipse et doivent se racheter quotidiennement par des actes de Rédemption.